Basque

A Yasola, paradis perdu sur la Rhune

Une bonne adresse ça se mérite mais celle-là, il va vraiment falloir se la gagner. Si habituellement dans un resto on propose une mise en bouche, la venta Yasola fait plus originale, elle propose une mise en jambe. Oh non non, rien de grave, juste une heure de crapahut dans des pentes à 30 %. C'est l'antithèse du Mac-Drive. Mais l’effort vaut la peine, car au lieu d’avoir vu sur un parking de zone indus', tu embrasses tout le Pays basque (et au-delà!). Bref ça envoi grave.

Oublie donc la chemise/veste/mocassins à gland ici c'est T-shirt/short/chaussures de rando. On propose aujourd’hui une mission commando pour le kiff au nom de la côte d’agneau caramélisée.

 

La (mini) rando en amuse-bouche

Tout débute au pied de la montagne sacrée : la Rhune. Elle vous toise de c'est 905 m de gré rouge, sereine, imposante. Elle n'est pas du genre à négocier. Ici pas de petit train, on attaque le versant ouest par Olhette.

Ça commence au bord d'un charmant petit ruisseau (Larrunko Erreka), entouré de magnifiques chênes centenaires qui n'auraient pas fait taches dans le Seigneur des anneaux. Attention, si tu te trompes de rive, tu peux dire adieu à ton repas, tu seras perdu, dévoré par les loups pour les plus chanceux, les autres déambuleront sans fin sur des versants abruptes à la recherche d'une table qu'ils ne trouveront jamais.

Il faut donc traverser le petit ruisseau qui ouvre les portes du kiff, un petit pont de bois t’invite à le faire. Une fois rive gauche, l'ascension commence. Le chemin est beau mais dépourvu d'humour. Plus tu montes, plus l'horizon prend de la profondeur, Hendaye, Saint Jean de Luz, Biarritz, on devine même les Landes et ses plages de sables. Tu sues? Tu souffres? Ramasse un bout de bois et serre le fort entre tes dents, ça devrait aller mieux.

La petite cabane qui abrite le trésor est à 1 heure de marche si t’es en cannes, 2 heures si ta dernière pratique du sport remonte à la Terminale. J’ai bien cru que ce serait la dernière ballade de mon paternel.

 

La célèbre maxime de Chirac, valable tout au long de la promenade -"C'est loin mais c'est beau", se transforme une fois en haut par -"C'est loin mais c'est bon". Sacrément bon même.

 

A table

Une fois attablé face à cette carte postale du Pays Basque, la souffrance laisse place au délice. Ici pas de carte à rallonge, c'est : salade de tomates aux asperges et saucisson-chorizo, puis omelette ou côtes d’agneaux pour tout le monde. Point barre.

Alerte sur les côtelettes d’agneaux : attention il faut les réserver à l’avance… Je vous parle d’une expérience vécue. Vous auriez vu ma tête devant mon omelette, alors que mes voisins se délectaient de montagnes de côtelettes toutes dorées, j’ai failli les attaquer à coups de fourchette. Donc pour éviter un pugilat en pleine montagne, on passe un coup de fil et on réserve ses petites côtelettes.

La seconde fois, j'ai donc passé le coup de fil en fin connaisseur. Mais étant accompagnés de personnes âgées seniors, nous sommes arrivés en retard….très en retard même. Il était 15h. Ce contretemps aurait pu se transformer en tragédie du genre : « Désolé, on a revendu vos côtelettes ! » Mais grâce à l’altruisme d’une équipe pleine de bon sens, ce contretemps c’est transformé en apothéose culinaire, en déflagration d’amour gustatif.

 

La montagne de côtelettes, accompagnée de sa montagne de frites, est arrivée non pas caramélisée mais totalement confite. Une œuvre d’art. Comment obtient-on une cuisson pareille? Cela relève du miracle. Je me hasarde à poser la question au gentil serveur. Réponse sans appel « C’est le secret de la casa ». En fin de repas, n’en pouvant plus, je fais irruption dans la cuisine et réitère ma question devant un piano rempli de wok tout luisant. Une cuisinière à l’accent espagnol me regarde avec un sourire farceur et me dit « Le secret c’est le temps, il faut du temps ».

 

Bouleversé par cette réponse pétrie de bon sens, je me plante face au paysage et prends le temps de l’admirer. Lui que la terre a mis des millions d’années à façonner, une heure de marche était bien le minimum pour le savourer.

Je verse une larme d'émotion (en repensant une dernière fois à mes petites côtelettes).

 

Venta Yasola, au départ d'Olhette

Ouvert : lundi, mercredi, samedi et dimanche

Tél : 0034609515860



Oui, la Goulue est raffinée #Biarritz

La Goulue, ça ne sonne pas vraiment très glam'. On s'attend au bon gros boeuf bourguignon made in Mamie, au boudin aux pommes purée ou à la limite à la quenelle-gratin de pommes de terre.

Que nenni. Finalement La Goulue ne porte pas bien son nom puisque dans l'assiette, c'est raffinement pour les papilles et les yeux. Crème de lentilles au roquefort (en amuse-bouche s'il vous plaît), soupe de poisson maison, filets de bar sauvage ou merlu de Saint-Jean-de-Luz, gâteau russe. Oui il y a toujours un vent basque qui souffle sur La Goulue.

Vous, vous ne comprenez plus rien. Vous êtes là, installé négligemment sur cette chaise. Vous avez mis une chemise ok... mais avec un jean. Et quand le serveur habillé en pingouin vous apporte le petit pain chaud et l'amuse-bouche, vous réalisez que vous n'êtes pas au Campanille. "C'est du sérieux chéri je ne comprends pas le menu est à 26€50, si j'avais su je me serai habillé !" Trop tard. Nous, on a mis LA petite robe noire, un classique en toutes circonstances.

Attention, l'adresse n'est pas la plus folle mais offre un sympathique rapport qualité-prix.

 

Classe : La déco soignée des plats et des serveurs habillés en pingouin.

Pas classe : La carte des vins, un peu chère et pas exceptionnelle. Le décor un peu vieillot.

 

La Goulue, à BIARRITZ $$

3 Rue Étienne Ardoin

05 59 24 90 90

 



Bonheur culinaire au Pavé de Bayonne

Il y a des menus qui ne trompent pas, celui du Pavé en fait partie. Il annonce la couleur et tient ses promesses. La présentation dans les assiettes : digne d'un étoilé. Les produits locaux : frais comme des gardons. Le vin : bon comme du bon vin. Ça tombe bien. La déco : bon c'est là que le bas blesse mais on s'en fiche bien de toutes façons c'est trop bon! Chèvre frais aux figues rôties en entrée, merlu au chorizo et charlotte au chocolat et caramel salé... Arrosé d'un Irouléguy (vin du Pays basque) bien choisi. Un samedi soir? A 24 euros? Si si c'est possible! Courez-y, volez-y et vous m'en direz des bonnes nouvelles. Nous ne sommes pas ici sur un menu super-tradi, mais il y a toujours une spécialité basque revisitée qui se cache dans le menu.

 

Classe : La présentation dans les assiettes. Au top.

Pas classe : La décoration trop vieillotte. La salle du bas, carrément ambiance "chéri ce soir on mange à la cave?"

 

Le Pavé à BAYONNE $

8 rue des Gouverneurs

05 59 59 51 74

 



La bonne cantoche chez Auguste

Au début on est méfiant. Un resto à Bidart, des spécialités basques, pas trop loin de l'océanentrée-plat-dessert à 12 euros...Même le soir? Même pas vrai. On y va presque à reculons, sans y croire, soyons réalistes ça ne peut pas être bon.

On s'approche d'un pas timide... tiens, c'est plein à craquer. On se détend. Et puis, on pousse la porte et là, le patron est super sympa. On s'installe un peu comme à la cantoche, on n'est pas très loin de son voisin mais l'ambiance est bonne.

Le menu maintenant. Du jour, donc avec des produits frais : piquillos à la morue ou moules à l'espagnol en entrée, merlu crème à l'oseille ou baccalau à la plancha, dessert maison. C'est très bon. Pas copieux mais faut pas trop en demander non plus car à ce prix-là on devrait s'en tirer au mieux avec un menu Best of big mac avec potatoes froides.

 

Classe : Les produits du pays.

Pas classe : Les chaises en plastique et la vue parasol-parking.

 

Chez Auguste à BIDART $

Rue Uhabia

05 59 54 94 01

 



Biarritz : picorer-picoler au Bar Jean

A Biarritz, la rue des Halles, c'est LA rue pour faire la fêteLe Bar Jean est un peu le patron : tapas, vin, plats du Pays basque (chipirons, txuleta, piquillos...), ça déborde dehors dedans. On s'entasse, on parle fort, on grignotte ou on s'attable. Bref, on profite des amis et on dévore avant de s'expatrier jusqu'au prochain bar...

 

Classe : Ils servent tard et c'est sympa pour ceux qui se seraient endormis sur l'apéro.

Pas classe : Un petit effort sur le choix des vins...

 

Le Bar Jean à BIARRITZ $

5 Rue des Halles

05 59 24 80 38

 



Testé et approuvé pour retrouver les spécialités du Pays basque :

- A Bidart : La Cucaratcha $$.

- A Saint-Jean-de-Luz : Chez Michel $, Chez Pablo $.