Le Pays basque et au-delà

Elkano : le petit bijou de Getaria

Bienvenue à Getaria, charmant petit village de pêcheurs ressemblant fortement à un San Sébastien miniature: une montagne face à la mer flanquée de deux conchas. A droite, la plage et son sable fin, à gauche le port et ces jolis bateaux de pêches.

 

Qui dit pêcheur dit fraîcheur

Nous n'allons pas tarder à le vérifier.

L'adresse est connue des gourmets amateurs de poisson grillés à la perfection.

Elkano, vous accueille par ce qui fait toute sa réputation, un barbecue de 3 mètres avec braises blanches et duveteuses à souhait, grilles réglables. Bref, du matos de pro.

Lorsque que l’on pénètre dans la salle, on a l’impression d’entrer dans un vaisseau amiral, une belle salle toute en longueur avec boiserie, plafond à caisson, nappe blanche et poupe surélevé à l’arrière.

L’équipage est surtout féminin, des jeunes filles vêtues d’une élégante robe bleu marine (signée Balenciaga, le musée est à deux pas) virevoltent du pont à la salle des machines (la cuisine) dans un souriant balai cadencé et énergique.

A la carte ? Du poisson ! Prendre une côte de bœuf serait une faute de goût, même si on ne doute pas de son excellence.

 

En entrée, "Kokotxa" pour tout le monde. Ce n’est pas tous les jours qu’on a l’occasion de manger la partie inférieure du menton du merlu ("kokotxa" veut dire menton en basque). C’est un morceau très tendre, un peu gélatineuse, au gout très fin, rigolo en bouche.

On peut aussi opter pour le Changurro al horno (araignée de mer au four) qui mérite son coup de fourchette.

 

En plat, le Turbot mon capitaine, véritable star du restaurant. Le Bosco nous explique avec amabilité que les petits turbos, c’est pas vraiment son genre, trop sec, seuls les belles pièces sont sublimées par la cuisson à la braise. Aux étoiles qui pétillent dans ses yeux, je le crois sur parole et commande un turbot pour deux personnes, dommage qu’on ne soit pas 4. Quand le turbot arrive, pas de chichis, c’est lui la star. Seul dans son plat argenté, il vous propose un tête à tête au sommet du kiff.

Il n’est pas venu accompagné, pas du style à se cacher derrière une patate vapeur ou une poêlée de légumes, il assume seul le défi de vous sustentez.

Challenge remporté haut la main car tout ce mange dans le turbot : des joues à la pointe des nageoires dorsales, le Bosco nous prodigue un véritable cours d’anatomie en nous expliquant les qualités gustatives de chaque partie de la bête. Un véritable festival qui laisse les papilles subjuguées.

 

A l'extérieur, une discussion avec Asier, le coq du navire, maître-grillade en chef, m'amène à en découvrir davantage.

Moi (naïvement) :

- Mais comment fais-tu pour obtenir une cuisson aussi parfaite, tu as un minuteur ?

Asier plisse les yeux, marque un temps et me répond avec l’assurance du spécialiste qui maîtrise son art :
- Al color del piel, a la mirada.
Suis-je bête, bien sûr….à la couleur de la peau, cuisson jugée d’un coup d’œil averti et implacable. Et du reste, quel outil est plus perfectionné que l’œil d’un connaisseur ? Cette précision apportée, Asier explique gentiment les différentes étapes de préparation, la salaison, la cuisson, la suppression d’excédent de sel, le nappage de la sauce sécrète, le résultat : la perfection. L'étoile Michelin ne s'y est pas posée pour rien.

Voici une traversée culinaire inoubliable, bravo à l’équipage, mes respects mon capitaine.

 

Restaurant Elkano, à GETARIA $$$

Herrerieta Kalea, 2,
20808 Getaria, Gipuzkoa, Espagne
+34 943 14 00 24


Vous n'irez plus jamais à Capbreton par hasard

Non, vous n'irez plus jamais à Cap-Breton par hasard.

« Chérie attache les enfants au radiateur, ce soir je t’emmène dîner à Capbreton ! » « Excellent idée, mais où va-t-on ? » « Au Fou à pieds rouges, quelle question! » Cette introduction semble surréaliste tout comme le nom de ce restaurant mais derrière cette appellation énigmatique se cache un petit bijou de gastronomie. Ça se passe sur le port de Capbreton, ici une ribambelle de restaurants côte à côte vous font de l’œil, mais lequel choisir? Cherchez plus, nous avons  déniché la perle rare. L’argumentaire commence comme ça : cuisine maison, produit frais et de saison, Bim!

Vous en voulez encore ? Ok, dans ce cas commençons par l’entrée. Foie gras accompagné de sa gaufre de maïs et sa confiture de cerises noir dans laquelle le cuisinier facétieux à incorporé des grains de moutarde marinée. Mais quelle idée absolument géniale, il y a l’onctuosité du foie, le sucré de la confiture, l’acidité de la moutarde, le coté poivré de la roquette. Non vraiment on ne s’ennuie pas chez toi, tu as décidé de nous atomiser le palais.

Passons au plat. Onglet de boeuf, sauce romesco, grenailles, champignons, roquette. Là encore tu prends ta claque, mais mon Dieu, elle vient d’où cette viande ? C’est du bébé phoque ? Du Bisounours ? Comment c’est possible d’obtenir une tendresse pareille. L’amour, je ne vois que ça, associé à une cuisson parfaite, bravo Chef.

Alors tu te dis, ce n’est pas une machine, il va forcément foirer le dessert. Ben non, toujours pas, il te prend sur le parquet des vaches, il te dépose dans les nuages avec son cheescake fruits des bois, dont la légèreté est à se damner. Je crois avoir été clair, tu regretteras pas d’avoir payé le péage pour rendre visite au croque-maïs. Au fait, si t’as pas réservé, oublie ! Il te restera l'option Mac Do prêt au rond-point de la zone industrielle. En tout cas nous, on y va !

 

Le Fou à pieds rouges, à CAPBRETON $$

1 Quai de la Pêcherie

09 82 28 30 96

Ouvert tous les jours sauf le lundi et le dimanche soir (horaire d’été)